Un Testament Espagnol de Arthur Koestler

Un Testament Espagnol

Le jeudi 28 février 2002 par Dadoo

Après son premier séjour dans l’Espagne en guerre, Koestler avait rédigé plusieurs articles et écrit un livre dénonçant les franquistes. Quand il retourne en Espagne couvrir la chute de Malaga il a la mauvaise idée de se faire prendre par les franquistes....

Il sera condamné à mort pour espionnage et rebellion. Après une campagne de presse importante ses amis d’Angleterre parviendront à le faire sortir.

Un testament espagnol donne l’opportunité unique de raconter le couloir de la mort à un auteur qui a vécu plusieurs mois dans cet endroit lugubre.
Si le discours de Koestler est moins brillant et didactique ici que dans le Zéro et l’Infini, cependant la description de l’attente angoissée de la Mort est très bien rendue. Koestler détaille le fonctionnement de son cerveau de manière très précise, en étudiant les faux fuyants que ce dernier recherche pour repousser l’angoisse. Il montre à quel point le prisonnier ressent son "infériorité" par rapport aux gardiens.

Koestler ne cherche pas à apitoyer, son emprisonnement n’a en soi rien d’horrible. Il n’est pas spécialement mal traité. Mais les conditions psychologiques sont terribles : l’insoutenable attente dérègle celui qui la subit.