Mystère rue des Saint-Pères de Claude Izner

Mystère rue des Saint-Pères

Le mardi 25 mars 2003 par Feline

Les éditions 10/18 inaugure une nouvelle série policière écrite par deux cousines françaises, Liliane Korb et Laurence Lefèvre sous le pseudonyme de Claude Izner. Cette première enquête nous fait faire connaissance avec Victor Legris, libraire parisien qui deviendra détective par hasard dans le Paris de la fin du 19ème siècle.

L’exposition universelle bat son plein en ce début d’été 1889. La Tour Eiffel constitue la principale curiosité que tous les parisiens se doivent de visiter. Victor ne fait pas exception à la règle et doit retrouver son associé et ami Kenji Mori et son ami Marius Bonnet. Ce dernier souhaite, en effet, convaincre le libraire de tenir une rubrique littéraire dans Le Passe-partout, le quotidien qu’il vient de lancer. A cette occasion, notre nouvel héros fera la connaissance de l’équipe journalistique et surtout de la belle Tasha, caricaturiste attitré. Mais la Tour Eiffel sera également le décor d’un meurtre, premier d’une longue série. Une jeune femme s’effondrera, vraisemblablement victime d’une piqûre d’abeille. Les meurtres se succèderont autour de Victor et de ses amis, sans qu’aucun lien logique ne les relie entre eux.

J’ai beaucoup apprécié ce premier tome, qui met en scène un détective des plus sympathiques (sans parler des personnages secondaires, surtout le commis Joseph, qui est un de mes favoris) et qui se déroule dans le Paris des années 1900, période et ville que j’affectionne beaucoup. La lecture et l’intrigue sont également très agréables. Seul petit reproche : dans la première moitié du roman, Victor semble essentiellement préoccupé par la belle Tasha qu’il s’évertue à poursuivre, tout en la soupçonnant d’avoir des amants et même d’être la meurtrière. Les indices lui tombent littéralement dans la main, sans qu’il s’en rende compte et il faudra attendre 150 pages avant qu’il ne s’attelle sérieusement à la tâche.


  • > Mystère rue des Saint-Pères  11 août 2003, par Dadoo

    J’ai bien aimé aussi la description de la ville en pleine expo universelle. Ceci dit le reste du roman m’a moins emballé. J’ai trouvé les personnages assez fades et ça m’a enervé de voir cette intrigue qui n’en n’était pas une qui n’avançait pas...

    Dans le même genre je préfère de loin les Nestor Burma !


    Répondre à ce message