Les émigrants de W.G. Sebald

Chouette tétralogie sur le sujet complexe de l’émigration, agrémenté de façon originale de photos d’époque des lieux.

Les émigrants

Le lundi 16 juin 2003 par doud

L’auteur trace l’histoire de quatre personnage hors du commun chacun à leur manière, ou, plutôt, extraordinaire - professeur exemplaire brisé par le Nazisme, richissime bourgeois parcourant le monde avec son fidèle valet à la recherche d’un bonheur introuvable, peintre perdu dans la grisaille métallique de Manchester - toujours en mettant en abîme deux ou trois génération d’immigrés, le narrateur, le sujet, et, parfois, un compteur.

Chacun offrant une vision spécifique sur l’émigration, chacune des vision permettant de définir assez précisément le kaléidoscope des ces sentiments.

Car les personnages sont très attachants, et c’est avec une finesse remarquable que l’auteur décrit les sentiments qui les habitent. On se prend d’affection pour eux, a envie de connaître leur histoire, et à chaque fin, j’étais surpris par le goût qui me restait de leur rencontre.

J’avais l’impression de m’enrichir auprès d’eux comme auprès de vieux loup de mer que l’on peut croiser dans certains bars, et qui, en racontant leur histoire, la font partager à ceux qui les écoutent et leur permettent de mûrir un peu plus chaque fois.