Le Vertige de Eugenia S. Guinzbourg

Le Vertige

Le vendredi 30 août 2002 par catherinem

Eugénia est russe et communiste convaincue, membre du parti depuis de nombreuses années quand tombe sur elle une floppée d’accusations de terrorisme, toutes aussi infondées les unes que les autres. Arrêtée en 1937, elle raconte dans ce premier roman ses premières années de prisons, les conditions inhumaines dans lesquelles les prisonniers sont maintenus, la faim, les maladies...On n’en finirait pas de décrire l’horreur de toutes ces pages.

Un roman comparable à "L’Archipel du Goulag", si ce n’est qu’il n’y a ici que (et c’est amplement suffisant) l’expérience personnelle de l’auteur. Ce n’est donc pas d’un roman historique qu’il s’agit, et pourtant il en mériterait le terme, tellement le climat aberrant de cette époque du communisme russe est bien démontré.

A lire absolument.