Le Bouddha de Banlieue de Hanif Kureishi

Le Bouddha de Banlieue

Le dimanche 21 juillet 2002 par Dadoo

L’histoire d’un immigré pakistanais dans la Jet-Set artistique de Londres..
Parti de la banlieue typique de Londres, le héros un peu artiste, un peu marginal tente de s’insérer dans ce milieu qui le fait rêver...

Mais ce milieu est aussi celui de la drogue, du sexe et de la décadence londonnienne entre les hippies et le début du mouvement Punk...

Hanif Kureishi trace une galeries de portraits hauts en couleur : le père mystique qui donne des cours de relaxation bouddhiste et qui n’a pas du tout les pieds sur terre, l’arriviste qui veut s’entourer de tout ce qui brille, le chanteur pour minettes qui sait sentir la mode et la récupérer, le metteur en scène à la recherche de nouvelles expériences sexuelles etc. etc.

Ces personnages se croisent et s’entrechoquent dans le Londres du début des années 80 : fin des hippies, des communistes, début des Punks et de l’apolitisation de la société...

Avec force anecdotes et un ton très libre Hanif Kureishi parvient à nous faire rentrer dans ce monde un peu bizarre du Bouddha de Banlieue...

Pour en savoir plus :
L’auteur sur Lire.fr
Le site officiel de l’auteur


  • > Le Bouddha de Banlieue  23 septembre 2004

    Karim, 17 ans, mène sa petite vie, assez médiocre dans la banlieue londonienne. En apparence, parfaitement adapté, il peine à se "trouver" tiraillé par sa double culture. D’un côté, la famille de sa mère, anglaise bon teint, avec la tante Jean, alcoolique notoire et l’oncle Ted, chauffagiste raté ; famille aux principes bien installés mais au demeurant débrouillarde et ambitieuse. De l’autre côté, la communauté pakistanaise, avec l’oncle Awar, qui après 10 ans d’apparente intégration, se tourne vers l’islamisme en voulant imposer un mari à sa fille Jamila, grande militante, gendre qui se révèlera être un bon à rien hideux mais terriblement attachant.

    Au centre de tout ce petit monde, la famille de Karim s’adapte. Jusqu’à ce que Haroon, le papa, commence à donner des séances de bouddhisme privées dans les quartiers plus huppés. Karim y découvrira un nouveau monde qui lui donnera l’ambition de réussir. Surtout quand Haroon quittera son épouse pour Eva, une quadragénaire dynamique, véritable femme d’affaire, qui les emmènera, lui et Karim, mener la grande vie à Londres.

    Karim découvrira alors le monde impitoyable du théâtre, avec ses dérives dans l’alcool et le sexe. Son meilleur ami, Charlie, passera du dandy chic à la superstar punk. Et tout cela sur un rythme décadent et conté avec un humour désopilant.

    Hanif Kureishi évoque l’Angleterre des années 70-80, la politique, l’émigration, le racisme, le monde superficiel des vedettes, etc sur un ton décalé, dans un roman peuplé de personnages loufoques et dingues. C’est parfois décousu, souvent osé mais Hanif Kureishi a l’art de toucher juste, de déceler les vrais problèmes et d’analyser finement l’époque, tout cela s’en se prendre trop au sérieux et avec un véritable sens de la dédramatisation.


    Répondre à ce message
    • > Le Bouddha de Banlieue 25 septembre 2004, par Dadoo
      Je trouve que Kureishi raconte assez bien les problèmes que peut rencontrer un immigré "intégré" dans la société. Ses récits sonnent juste et sont très intéressants à lire.
      Répondre à ce message